Les Oreillettes de Mauricette

Vous ne connaissez peut-être ni les oreillettes ni Mauricette, mais rassurez-vous je vais faire les présentations d’usage. Mauricette est pour moi une référence en cuisine depuis de nombreuses années. Du haut de ses 87 ans cette aveyronnaise installée à Albi régale ses proches de bons petits plats traditionnels. En fait je pourrais faire un stage d’un mois entier à ses côtés sans épuiser tout son répertoire culinaire. Parmi ses recettes fétiches je l’ai sollicitée pour apprendre à réaliser des Oreillettes. Ceux d’entre vous qui ne sont jamais descendus au sud de la Loire ne connaissent peut-être pas cette sorte de beignets plats confectionnés dans les pays d’Oc à l’occasion du Carême notamment. Dans l’albigeois je pense qu’il existe autant de recettes d’oreillettes que de cuisinières. La présente recette ne contient ni lait ni beurre comme c’est le cas de certaines et sont remplacés par de la crème fraiche. Nous n’avons pas ajouté de parfum à la pâte car Mauricette la préfère nature, mais il peut-être agréable de parfumer les oreillettes avec de la fleur d’oranger, des zestes d’agrumes ou de la vanille.

Que les allergiques au gras et au sucre passent leur chemin car ces oreillettes sont une bombe calorique… mais c’est tellement bon !!

Nous avons réalisé cette pâte à la main mais l’usage d’un robot peut-être une bonne option. De même si vous disposez d’un laminoir c’est le moment de le sortir du placard. Idéalement la pâte se prépare la veille de la cuisson. Elle doit reposer au moins 4 heures au réfrigérateur pour ne pas se rétracter à l’étalage. Si vous n’utilisez pas la totalité de la pâte il est possible de la congeler en pâtons pour une utilisation à venir.

Nous avons, avec mon amie Sandrine, passé un excellent moment en compagnie de Mauricette. Le sens du partage en cuisine a ici pris tout son sens, merci à elle pour ce moment généreux.

Article relu et validé par Mauricette elle-même !

Les ingrédients

– 500 grammes de farine type 55

– 3 œufs

– 20 centilitres de crème fraiche épaisse entière

– 2 cuillères à soupe de sucre en poudre

– 1 cuillère à café de sel

– parfum au choix (facultatif) : eau de fleur d’oranger, zestes d’agrumes râpés, vanille…

– huile d’arachide pour la cuisson

– sucre glace pour la finition

La recette

1. Dans un saladier battre les œufs à l’aide d’un fouet. Y ajouter le sucre et le sel avant de compléter par la crème fraiche puis la farine.

2. Quand l’utilisation du fouet devient impossible renverser la pâte sur un plan de travail fariné pour la malaxer avec les doigts. Ah oui ! J’avais oublié de vous prévenir c’est une recette « je patasse avec mes mains ! »… Filmer ensuite la pâte et la placer au réfrigérateur pour minimum 4 heures. L’idéal est de la préparer la veille de la cuisson.

3. Voici la séquence musculation de la recette ! Il s’agit en effet d’étaler au rouleau la pâte le plus finement possible sur le plan de travail préalablement fariné. Découper la pâte en rectangles ou autre forme aléatoire à l’aide d’une roulette ou d’un couteau.

La pâte doit devenir transparente !

4. Faire chauffer l’huile dans une friteuse ou un faitout pour y plonger les rectangles de pâte. Ils vont rapidement se transformer en oreillettes délicieusement gonflées et dorées. Les retirer de l’huile à l’aide d’une écumoire ou de fourchettes et les poser sur du papier absorbant.

5. Saupoudrer les oreillettes avec du sucre glace avant de les déguster. Si vous ne dévorez pas tout d’un coup elles se conserveront quelques jours dans une boite métallique.

4 commentaires sur “Les Oreillettes de Mauricette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *