Carte Postale Gourmande de Nantes

Histoire de varier un peu les festivités j’ai choisi cette année d’emmener toute ma petite famille à Nantes pour fêter mon anniversaire car, sans vous raconter les détails de ma vie palpitante, c’est là que je suis née avant de migrer pour Paris. Retour aux sources donc pour cet anniversaire tout rond et surtout l’occasion de découvrir la capitale d’Anne de Bretagne au fil de nos découvertes culinaires et culturelles.

Dès votre arrivée à Nantes vous découvrirez la ligne verte du Voyage à Nantes tracée depuis 2011 entre le Lieu unique et le Jardin des Plantes. Il ne s’agit pas d’un scénario de science-fiction mais d’une ligne de 12 kilomètres peinte au sol qui guide les pas des voyageurs vers 60 lieux artistico-touristiques à ne pas manquer dans la ville. L’idée est à la fois astucieuse et ludique au point que petits et grands se laissent happer par l’envie de s’y raccrocher dès qu’ils la croisent. Outre les nombreuses œuvres d’art et enseignes de magasin farfelues, parmi les étapes à ne pas manquer le long de cette ligne je citerais la cathédrale Saint Pierre Saint Jean, l’église Sainte Croix et la Basilique Saint Nicolas qui rivalisent de leurs flamboyantes ornementations gothiques.

Immanquable également le Château des Ducs de Bretagne dans lequel une très agréable et innovante muséographie accompagne les visiteurs dans leur découverte de l’histoire de Nantes depuis sa fondation. Le choix et la scénographie des documents sont de très grande qualité. Il est même possible de rejoindre les douves du Château en empruntant un toboggan qui serpente le long du bâtiment. Une foule de petits restos sympas sont prêts à vous accueillir dans le quartier une fois que vous serez repus d’histoire locale.

Non loin le Musée d’Arts de Nantes présente une jolie collection de peintures et sculptures dans un cadre agréable. Pour ceux qui sont adeptes de déambulation urbaine comme moi, je vous conseille de vous laisser guider au hasard des rues pour découvrir les riches demeures des marchands enrichis entre le XVIIème et le XIXème siècle grâce au commerce triangulaire et donc à l’esclavage. Ces hôtels accueillant les entrepôts, les bureaux et appartements desdits commerçants qui ont fait la fortune de la ville via La Compagnie des Indes étaient initialement bâtis le long de canaux dont la plupart ont été comblés depuis. Imaginez la panique totale de la prof d’histoire qui sommeille en moi même en congés quand elle n’a pas reconnu les fameux quais étudiés avec ses élèves de 4ème sur une gravure du XVIIIème siècle ! J’ai quoi qu’il en soit apprécié que la ville de Nantes ait choisi d’édifier un espace le long de la Loire pour y bâtir son Mémorial de l’abolition de l’esclavage. Cet espace de verre et de béton planté sur l’eau instruit et fait réfléchir sur cette question cruciale malheureusement toujours d’actualité dans le monde.

Juste en face se trouve mon coup de cœur nantais : Les machines de l’île. Vous avez peut-être déjà vu ou entendu parler de cet éléphant en bois qui promène ses 48 tonnes au milieu des visiteurs, les arrosant au passage de sa trompe ? Il est possible de faire une balade sur son dos tout comme vous pourrez vous émerveiller en empruntant le Carrousel des Mondes Marins et ses manèges mécaniques. Amateurs de sensations fortes : passez votre chemin ! Ce carrousel est une invitation à la rêverie hors du temps. Mais surtout ne manquez pas de découvrir la Galerie des Machines où sont présentées les dernières créations du collectif artistique « La machine » ainsi que ses ateliers. Le projet fou de François Delaroziere et Pierre Orefice (co-créateurs) : construire un « Arbre aux Hérons » de 50 mètres de diamètre et 35 mètres de haut en bois et acier dans la Carrière de Chantenay au bord de la Loire. Si le projet ne devrait ouvrir au public qu’en 2022 il est déjà possible de découvrir certains des animaux ainsi qu’une partie de sa maquette dans la nef. J’ai ainsi pu effectuer mon baptême de l’air dans la nacelle d’un superbe Héron ! La visite est à la fois magique et ludique, guidée par des machinistes qui manient aussi bien leurs bestioles que l’humour et le second degré. Côté restauration n’hésitez pas à pousser les portes du Café de la Branche face à la nef qui propose une cuisine de saison la semaine et une version simplifiée autour de salades et autres croques le week-end pour un tarif très raisonnable et un service de qualité. D’autres espaces de restauration sont proposés sur l’Île dont La Cantine du Voyage mais je ne les ai pas testés… sur un week-end on ne peut pas non plus passer son temps à manger voyez-vous ! Ne manquez pas de vous arrêter pour déguster les délicieuses glaces de La Fraiseraie, également disponibles au centre ville et dans plusieurs villes de la région dont Pornic.

De retour au centre ville la Ligne Verte vous guidera bien sûr vers le magnifique Passage Pommeraye au cœur de rues piétonnes agréables au centre desquelles trône la Place Graslin où se dresse l’Opéra du même nom. Face à l’Opéra se trouve une institution nantaise : la superbe Brasserie La Cigale ouverte en 1895. Ceux qui choisiraient d’y boire simplement un verre pourront apprécier la décoration Art Nouveau de sa salle. La carte du restaurant propose des plats de brasserie variés et de bonne qualité. Transformée en self-service en 1964 l’établissement a retrouvé sa vocation première un peu moins de 20 ans après. Le décor du XIXème siècle si cher à Jacques Demy a quant à lui été sauvegardé grâce à son classement aux Monuments Historiques dès 1964. Message personnel : je remercie mes parents pour avoir choisi ce superbe écrin pour m’aider à souffler ma bougie supplémentaire !

Mon coup de cœur gastronomique nantais va au restaurant Le Prologue situé non loin de la Tour de Bretagne surmontée de son Nid où vous pourrez aller boire un verre en hauteur ! Le Prologue propose vous accueille dans une petite salle joliment décorée ou encore dans un superbe jardin intérieur aux beaux jours. Le chef Nicolas Bellanger y concocte une cuisine de saison recherchée et de grande qualité aussi bien visuelle que gustative pour des prix plus que raisonnables puisqu’il faut compter entre 24,80 et 35 euros le pour un menu entrée-plat-dessert. Pour couronner le tout le service est assuré par des serveurs dynamiques et agréables. Et en prime La Fourchette propose 30% sur la carte que nous n’avons finalement d’ailleurs pas utilisés car nous avons opté pour des menus ce qui revient au même au niveau du prix. Une adresse à ne pas manquer !

La ville se parcourt aisément à pieds mais les tarifs proposés dans les transports permettront de soulager un peu les marcheurs fatigués. A noter notamment le ticket valable de 1 à 4 passagers pour 9,5 euros les 24 heures (ou samedi-dimanche). D’autres formules sont disponibles dont également un Pass Nantes  qui m’a paru un peu excessif… à vous de voir en consultant ses tarifs ici.

Cette Carte Postale Gourmande ne se veut pas exhaustive car entre nous je n’avais pas prévu de la rédiger en partant en week-end. Pas eu le temps notamment d’aller découvrir Le Lieu Unique installé dans l’ancienne usine LU non loin de la gare ou encore la Maison Radieuse Le Corbusier à Rézé. Une autre escale nantaise est donc à prévoir !

J’attends avec impatience vos suggestions de bons plans nantais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *