Carte postale gourmande de Copenhague

Dans votre esprit Copenhague ne rime pas avec gourmandise? Je vous propose une petite virée gourmande dans la capitale danoise découverte au cours d’un week-end printanier afin de parcourir la ville entre monuments et haltes culinaires au fil d’une journée type.

Etape 1: le petit déjeuner…

Emplis d’espoir nous pensions dénicher facilement une petite boulangerie de quartier pour y acheter de belles Wienerbrod (littéralement « pâtisseries » en danois) pour le petit déjeuner. Que nenni ! Nous avons bien croisé lors de nos pérégrinations dans le centre ville quelques rares boulangeries-pâtisseries mais à l’instar de leurs voisins hollandais les danois semblent souvent acheter leur pain en grande surface. Le petit déjeuner danois étant principalement composé de fromages, charcuteries, pain et céréales. Les Wienerbrod sont composées de pâte feuilletée ou briochée garnie de confiture, cannelle, sucre ou fruits secs. Rien de renversant cependant en comparaison de nos croissants et chocolatines françaises moins sucrés. Un détour par une boulangerie de la chaîne Lagkagehuset à Christianshavn, Stroget ou dans le quartier latin permet de s’en faire une idée. De nombreux restaurants proposent par ailleurs un brunch moins copieux cependant que son équivalent anglo-saxon.

2ème étape: le marché…

La recherche d’un marché: mission ardue dans cette ville! Nous avons découvert celui de Torvehallerne dans le quartier latin. Il s’agit de deux grandes halles de verre qui, depuis 2011, accueillent des stands proposant des préparations culinaires prêtes à déguster (spécialités italiennes, grecques…) ou à préparer (boucher, poissonnier…) et quelques produits ciblés  (chocolat, thé, café…).

Les produits français y sont mis à l’honneur chez Ma Poule. Au centre, en plein air, de magnifiques stands de primeurs dont les produits sont loin d’être locaux. Un lieu superbe certes, mais très cher et visiblement plus prisé par les touristes que les locaux. Il peut néanmoins permettre, comme c’est le cas au Marché des enfants rouges à Paris ou Brick Lane Market à Londres, de satisfaire tous les appétits avec des spécialités du monde entier et les inévitables  « Smorrebrod ».

3ème étape: le déjeuner…

Smorrebrod de Aamanns Deli

Vous ne connaissez pas les Smorrebrod ? Un séjour à Copenhague vous permettra d’en devenir des spécialistes ! Difficile en effet d’échapper à ces tartines proposées à toutes les cartes des restaurants copenhaguois et qui semblent finalement être les seules réelles spécialités culinaires du lieu.

Il s’agit d’une tartine de Rugbrod (pain de seigle local assez compact) garnie, selon l’humeur du chef et les ingrédients dont il dispose, de poisson (hareng ou saumon bien sûr), de viande, d’œufs durs, de fromage ou de légumes. C’est l’option idéale le midi pour les petits budgets car la restauration est assez chère à Copenhague. Deux adresses à conseiller au fil de vos pérégrinations. Après avoir visité la superbe serre du Jardin Botanique ou le Staten Museum for Kunst dans son bel écrin qui allie architecture classique et contemporaine n’hésitez pas à pousser la porte de Aamanns Deli . Le rugbrod est fabriqué sur place et les Smorrebrod allient des produits locaux et de saison. Le service est attentionné et l’endroit très accueillant.

Autre lieu, autre décor pour déguster des Smorrebrod plus rustiques peut être, mais mieux garnis. Votre curiosité vous conduira certainement  à visiter le magnifique château de Kronborg à Helsingor classé au patrimoine mondial par l’UNESCO et cher aux amateurs de Shakespeare qui y situe l’action d' »Hamlet » sous le nom de Elseneur. Le trajet de 45 minutes en train depuis Copenhague en vaut la peine. En sortant du château que Frédéric k II a fait transformer pour satisfaire sa jeune épouse Sophie (un gentleman quoi !), prenez le temps de découvrir cette jolie petite ville avant de revenir à la gare. Devant celle-ci se trouve le restaurant Borgerkroen qui ne paye pas de mine et dont les photos des menus sont honnêtement peu alléchantes. Cela vaut vraiment la peine de pousser la porte de ce restaurant ou de vous y installer en terrasse. L’accueil y est prévenant et le menu à 94 Kr proposant 3 Smorrenbrod et une boisson est d’un excellent rapport qualité-prix comme vous pouvez en juger sur la photo du plateau qui nous a été servi pour deux. De plus le cadre un peu « Old Denmark » est très sympathique.

4ème étape: le tea time…

Alors le tea time n’est pas une spécialité danoise et la pâtisserie non plus si l’on en juge par les origines plutôt anglo-saxones de celles présentées dans les vitrines des rares pâtissiers de la ville ! Or déguster des cookies, cheese-cake ou autres brownies à Copenhague n’était pas dans mes plans. La pâtisserie de référence à Copenhague depuis 1870,  La glace, étant hors de notre parcours du jour nous avons choisi un lieu tenu par un français.

Taste se situe tout près de Amalienborg Plads lieu de résidence de la famille royale du Danemark. Cette pâtisserie propose quelques tables en terrasse et dispose d’une salle agréable pour y déguster les pâtisseries créées par le maître des lieux qui se fait un plaisir de vous expliquer ses créations en français. Le plus dur étant de choisir !!

Si vous êtes avec des enfants ils seront sans doute plus tentés par une gaufre ou une barbe à papa dans les Jardins du Tivoli fête foraine installée en 1843 hors des remparts de la ville et qui se trouve aujourd’hui face à la gare centrale construite entre temps.

Poursuite de la découverte de la ville avec un coucou au passage à la Petite Sirène mitraillée par les touristes et plantée sur un rocher avec pour arrière-plan des éoliennes et des usines…

5ème étape: le dîner…

Pour dîner inutile de se précipiter au Noma élu meilleur restaurant du monde plusieurs années consécutives. Son chef, René Redzepi, a fermé le lieu actuellement en rénovation pour ouvrir un autre établissement sous peu dans le quartier « alternatif » (mais hyper touristique et royaume des dealers…) de Christiania au cœur d’une ferme urbaine ! Il a néanmoins ouvert le 108 tout près de l’ex Noma à Christianshavn. Mais son cadre froid et ses tarifs chauds nous ont fait passer notre chemin.

La difficulté à Copenhague réside dans le fait qu’il est très difficile d’y déguster des spécialités danoises autres que les Smorrebrod et les poissons fumés (souvent les deux associés) à un prix correct. La cuisine danoise emprunte beaucoup à celle des autres pays et la tendance, comme partout finalement, est au bio coûteux ! C’est peut-être ce qui explique que les restaurants italiens et burgers sont légions dans la ville, proposant des prix généralement acceptables .

Une des attractions de la ville pour les burgers est le restaurant Sporvejen installé dans un wagon de chemin de fer danois. Alors honnêtement le décor est sympa mais les burgers, seuls plats à la carte, assez moyens.

Vous pouvez par contre pousser avec confiance la porte du Paludan Cafe dans le quartier latin. Il s’agit d’un café bibliothèque où pouvez bruncher, déjeuner, boire un verre ou dîner selon vos envies. La carte est variée, les plats copieux et inventifs le tout dans un décor chaleureux au milieu de bibliothèques richement garnies. La commande et le règlement s’effectuent au comptoir puis votre repas vous est apporté en salle où vous avez choisi votre table.

Notre dernière halte gourmande à Copenhague, après un petit verre dégusté en terrasse le long du quai de Nyhavn et ses célèbres maisons colorées, eut lieu dans un restaurant caché dans le quartier latin non loin d’ailleurs du Paludan Café. The olive kitchen & bar est un petit restaurant à l’ambiance trés (trop ?) tamisée tenu par un canadien originaire de Vancouver. L’accueil est donc fait en français ce qui facilite grandement les échanges. Nous avons opté pour le menu proposant quatre plats pour 350 Dkk (48 euros) qui peut (moyennant 150 couronnes de plus) être accompagné de quatre verres de vins assortis aux différents plats. Il est possible de demander à échanger un à deux plats du menu par les propositions de la carte.  Le cadre est très agréable, le service attentionné et la cuisine inventive… mais avouons-le: les tarifs élevés pour une cuisine très inspirée des classiques de la cuisine française.

En espérant que ces quelques instantanés culinaires de Copenhague vous aurons donné l’envie de découvrir cette magnifique ville. Les liens intégrés dans l’article vous permettrons de retrouver les adresses des haltes gourmandes sélectionnées. N’hésitez pas à partager vos propres adresses de la capitale danoise en commentaires. Au plaisir de vous lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *