Carte postale gourmande de Vienne

Outre plusieurs haltes gourmandes je vous propose aujourd’hui une petite présentation de ce qui peut être exploré à Vienne le temps d’un long week-end tout en précisant qu’il faudrait plusieurs semaines pour tout visiter ! Disons que le défi est le même que si vous deviez visiter Paris en quatre jours : impossible à relever…

Première découverte de la ville à pieds pour tenter d’en prendre la mesure : prévoyez de bonnes chaussures de marche ! La ville étant assez étendue il est rentable d’opter pour un pass pour les transports de 24 à 72 heures  (un peu moins de 17 euros pour la dernière formule) qui permet d’utiliser aussi bien le bus, que le tram ou le métro. Ce dernier est théoriquement doté de 6 lignes… mais la ligne 5 n’existe pas !!! Petite plaisanterie viennoise !?

Bref, à pieds ou en transports ne manquez pas de découvrir le célèbre parc d’attractions du Prater et d’y faire un tour de grande roue. La « Riesenrad » est un peu la Tour Eiffel locale. Construite en 1896 à l’occasion de l’exposition universelle ses  55  mètres de haut vous permettront de découvrir un beau panorama sur Vienne. Il est même possible privatiser une des cabines pour y manger ou y prendre un verre. Les tarifs et conditions de réservation sont précisés sur le site internet Riesenrad. Le reste du parc du Prater propose des attractions foraines traditionnelles dans un cadre plutôt agréable pour ce type de lieu dont vous comprendrez que je n’en suis pas très adepte. Possibilité de restauration rapide sur le site qui accueille également le musée Madame Tussaud de Vienne pour les amateurs du genre.

Parmi les visites classiques ne passez pas à côté du Belvédère qui accueille deux espaces d’expositions. C’est dans le Belvédère du haut que vous pourrez découvrir notamment la collection du viennois Gustav Klimt composée de 24 œuvres dont le célèbre « Baiser » qui est un peu la Joconde locale si l’on en juge par la foule amassée devant. A compléter, si vous en avez le temps, par la visite du Pavillon Sécession.

La famille impériale des Habsbourg a également marqué le territoire de la ville par la construction des palais du Hofburg et de Schönbrunn. Tous deux se visitent et permettent de découvrir les fastes de ces despotes pas toujours éclairés selon mon humble avis. Le « Sisi ticket » vous permet d’économiser quelques euros et un peu de file d’attente à Schönbrunn. Il permet de visiter ce palais ainsi que les appartements Impériaux et le Musée Sisi du Hofburg.

Parmi les sites à retenir je citerais également l’époustouflante Karlskirche dont vous pouvez découvrir les détails de la fresque de sa coupole située à 72 mètres du sol vers laquelle vous grimpez par ascenseur avant d’emprunter un escalier jusqu’au sommet. Contrairement aux autres églises viennoises l’entrée est payante (8 €) mais l’investissement est valable en termes de sensations ! En ce qui concerne les églises la plupart d’entre elles portent les traces de l’exubérante contre-réforme catholique. Elles sont disséminées dans toute la ville et vous les découvrirez au fil de vos déambulations. La Jesuskirche vaut particulièrement le détour de même que la superbe cathédrale Stephansdom. Côté musées le choix est si vaste qu’il est impossible de tous les visiter en si peu de temps. L’Albertina Museum nous a particulièrement ravis, mais nous n’avons pas eu le temps de nous égarer dans les salles des Mumok et Léopold Museum notamment. Pour sortir un peu du centre grimper sur la colline de Grinzing nous a permis de parcourir les vignes de Vienne. Dépaysement garanti à 1/2 heure du centre-ville. L’endroit est prisé par les Viennois qui viennent aux beaux jours y boire un verre en dégustant des plats traditionnels. Ne quittez pas la ville dans découvrir la surprenante Hundertwasserhaus qui tient son nom du célèbre architecte viennois Hundertwasser bien inspiré semble-t-il par Gaudi et le Palais du Facteur Cheval.

 

Très bien mais « on mange quand dans tout ça ? » me direz vous !…

J’y viens, j’y viens ! La cuisine viennoise est très cosmopolite en raison de l’histoire de l’empire des Habsbourg qui intégra plusieurs pays prélevant au passage les spécialités des uns et des autres. Côté salé la star est incontestablement la Wiener Schnitzel. Cette escalope de veau panée est servie dans tous les restaurants viennois accompagnée de pommes de terre persillées. Figlmüller s’annonce comme LE restaurant pour déguster une Wiener Schnitzel XXL si toutefois vous parvenez à y dégoter une table car le lieu est bondé et nous n’y sommes pas parvenus ! Mieux vaut réserver par ici. Dans le même esprit le Cordon Bleu est proposé dans nombre de restaurants alors que ses origines ne sont pas franchement viennoises ni même autrichiennes. Nous en avons dégusté à Grinzing chez Neuland où le service est attentionné et les plats de qualité. Impossible de séjourner à Vienne sans déguster un Goulasch. Ce plat d’origine hongroise est composé de bœuf, d’oignons et de paprika. Il est décliné en soupe mais également en plat complet.

Le Fiaker Goulasch de la maison Zur Eisernen Zeit sur le marché de Nashmarkt est ainsi composé de bœuf, d’une boulette de knödel, d’une saucisse et d’un œuf frit que vous pourrez compléter si vous avez encore de l’appétit par une assiette de desserts typiquement autrichiens. Le restaurant est installé dans un ancien pavillon de ce célèbre marché viennois créé au XVIème siècle. Son cadre traditionnel permet de déguster des plats locaux à un prix raisonnable et l’accueil y est chaleureux. L’idéal est de se rendre sur ce marché le samedi puisqu’il accueille également alors les puces, mais même en semaine vous pourrez faire le plein de viande, poisson, fromages, fruits, légumes et autres produits pas tous très locaux mais l’endroit est à découvrir absolument.

Si vous préférez manger sur le pouce vous trouverez aisément votre bonheur par exemple en dégustant une saucisse « burenwurst » accompagnée d’un « brötchen » (pain blanc). Le plus renommé de ces kiosques se trouve à côté du musée Albertina. Vous reconnaîtrez le « Wurstelstand Albertina » au lapin perché sur son toit.

Vienne est bien évidemment associée dans nos esprits à ses célèbres cafés où confortablement attablé vous pouvez déguster, durant le temps qu’il vous plaira, une boisson accompagnée de plats salés ou bien sûr d’une pâtisserie. Difficile d’effectuer un choix parmi toutes les offres de la ville… Nous avons renoncé au Sacher Café en raison de la queue sur le trottoir mais il semble qu’au Sacherstube celle-ci est moins longue.

Nous nous sommes donc rabattus sur le superbe Gerstner Café dont les couleurs de la pâtisserie rappellent étrangement celles de Ladurée. Une fois dans la pâtisserie dirigez-vous vers l’ascenseur qui conduit vers la salle de restaurant située au 2eme étage. Je la trouve plus jolie que celle du café située au 1er et vous éviterez ainsi la queue. Installez-vous alors dans un confortable fauteuil face aux toits de l’opéra pour déguster quelques douceurs. Dans la plupart des cafés viennois il fait compter 10 euros environ pour une pâtisserie et un chocolat chaud… les salons de thé parisiens peuvent en prendre de la graine ! Première dégustation de la célèbre Sacher Torte qui n’emporte pas les suffrages des gourmands attablés mais nous verrons ensuite que cela ne tient pas au pâtissier en question… Je dois vous avouer une chose terrible : je n’aime pas la Sacher Torte ! J’en avais conservé un souvenir ancien peu ému et je confirme : ce gâteau est, à mon goût, trop dense, trop cuit, pas assez chocolaté et surmonté d’un glaçage composé à 50% de sucre ! La confiture d’abricot qui le garnit lui apporte du moelleux mais renforce encore le sucre. Cette triste conclusion vient après plusieurs tentatives de dégustations car je ne voulais pas rester sur une mauvaise impression. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot et pense vous proposer sous peu ma revisite de la Sacher Torte ! Les gâteaux dégustés dans les différentes pâtisseries viennoises nous ont semblés globalement trop sucrés à l’exception de l’Apfelstrudel. Même les « viennoiseries » sont garnies de pâtes sucrées peu utiles à mon goût. Pour en revenir au Café Gestner sachez que si vous allez assister à une représentation à l’Opéra vous pouvez y prendre une formule permettant de déguster quelques douceurs aux entractes ! C’est pas la classe ultime ça !?

Dans un style différent le Café Central vous accueille dans une immense salle garnie de colonnes. Ambiance moins cosy et un peu plus bruyante que chez Gestner en raison de la configuration des lieux et de la présence d’un pianiste qui oblige sans doute à parler un peu plus fort. Comme toujours large choix de boissons, de plats salés et de pâtisseries qui sont présentées dans des vitrines à l’entrée pour que vous puissiez faire votre choix en patientant.

 

Pour varier un peu les plaisirs cela peut être le moment de goûter au Kaisershmarrn. Cette crêpe aux œufs en neige, qui ressemble fort à un pancake, servie chaude accompagnée de confiture était paraît-il le dessert favori du kaiser François Joseph (le mari de Sisi) d’où son nom.

 

Le Café Landtmann qui jouxte le Burgtheatre face au superbe hôtel de ville présente un cadre plus bourgeois peut être mais tout aussi agréable que les deux précédents. Le chocolat chaud était enfin à la hauteur de mes attentes : assez épais et chaud pour supporter la crème fouettée sans refroidir trop rapidement. Entre autres pâtisseries ce fut l’occasion de découvrir les Schaumrollen : pâte feuilletée garnie de meringue suisse… agréable mais assez sucré également.

 

Le plus difficile après cette débauche gourmande va être de devoir se passer de ces dégustations quotidiennes !!

Un petit mot pour finir sur notre logement. Nous avons séjourné dans un bel appartement idéalement situé pour découvrir Vienne. Je vous renvoie sur l’annonce de Brigit et Michael par ici  pour plus de détails.

Nous reviendrons à Vienne avec plaisir tant il nous reste de choses à y découvrir. Nous en profiterons sans doute pour prolonger la balade jusqu’à Bratislava puisque la capitale slovaque est accessible par bateau en 1 heure 15 depuis Vienne !

D’ici là je vous donne rendez-vous sous peu pour vous faire découvrir quelques recettes de cuisine viennoises!

 

N’hésitez pas à partager vos bonnes adresses viennoises en commentaires. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *