Spéculoos

Au retour d’une récente escapade à Bruges je m’étais donnée comme mission de réaliser des spéculoos maison élus biscuits préférés par le plus jeune de mes testeurs favoris. L’arrivée des 1ères fraises et la bonne association de ces deux parfums m’a donné l’occasion de me lancer.

J’ai suivi la recette proposée par Christophe Felder dans un ancien numéro de « Elle à table » retrouvé dans le stock de livres et magasines de cuisine en attente dans notre maison de vacances. Aucune difficulté mais un peu de méthode et l’affaire était réglée sans ustensiles particuliers. Les biscuits ont été engloutis si vite que je n’ai pas eu le temps de les compter… je dirais que cette recette permet d’en réaliser une bonne vingtaine suivant la taille que vous leur donnerez.

La pâte peut aussi être utilisée au fond d’un cheese cake ou comme base pour une tarte dixit Christophe Felder. A tester d’urgence ! Pour en savoir plus sur le maître pâtissier alsacien rendez-vous sur son site internet.

Les ingrédients

– 100 grammes de beurre ramolli à température ambiante

– 100 grammes de vergeoise brune

– 30 grammes de cassonade

– 6 grammes de levure chimique (environ ½ sachet)

– 1 œuf (vous n’en utiliserez que 20 g une fois battu)

– 10 grammes de lait entier (du ½ écrémé a fait l’affaire)

– 200 grammes de farine

– 8 grammes de cannelle

– 1 grammes de quatre-épices (touche personnelle, c’est facultatif)

– 1 grammes de sel fin (inutile bien sur si vous utilisez du beurre demi-sel)

 La recette

1. Dans un saladier mélanger les sucres, les 20 grammes d’œuf battu (on mélange l’œuf et on pèse les 20 grammes nécessaires) avant d’y ajouter le lait et le beurre ramolli.

2. Dans un second saladier mélanger la farine, la levure chimique, le sel et les épices.

3. Verser le contenu du 2nd saladier dans le 1er et on y va pour la patasse… au bout d’un moment il devient difficile d’utiliser une spatule pour mélanger donc on y met les mains quoi !

4. Ensuite, contrairement aux instructions de Christophe Felder auprès duquel je m’excuse platement, j’ai pris la même méthode que celle que j’utilise pour les cookies et les palets bretons.

Méthode C. Felder : filmer la boule de pâte obtenue et la placer au réfrigérateur 30 minutes au moins. Puis étaler la pâte au rouleau entre deux feuilles de papier sulfurisé sur 4 mm d’épaisseur environ avant de prélever les gâteaux à l’aide d’emporte pièces. Les laisser ensuite sécher 2 heures à température ambiante avant de les cuire.

Méthode Papilles débrouillardes : réaliser un boudin avec la pâte obtenue et l’emballer dans du film. Former ensuite une masse (pas d’idée pour le nom) de forme rectangulaire… comme çà quoi :

Placer la « masse » au réfrigérateur durant 1 heure au moins le temps qu’elle durcisse bien.

La déballer sur une planche à découper et détailler des tranches de 4 mm à l’aide d’un couteau ou d’un fil à découper type « lyre à foie gras » (expression charmante qui désigne un espèce de fil tendu entre les lames d’un support métallique que vous avez sans doute eu en promo un jour et qui traîne peut-être depuis dans le tiroir de votre cuisine).

Déposer les tranches de pâte sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé ou d’une toile à pâtisserie. Veiller à ne pas trop les serrer, contrairement à ce que j’ai fait, car les gâteaux vont s’étaler un peu en cuisant (d’où les bordures un peu craquelées visibles sur les photos aux endroits que j’ai du décoller). Vous devrez donc faire deux fournées successives.

5. Dans le four préalablement chauffé à 170 degrés à chaleur tournante faire cuire vos spéculoos durant 10 à 15 minutes. Tout dépendra de la puissance de votre four mais surveillez-les bien pour ne pas les faire brûler.

Après avoir disposé les spéculoos cuits sur une grille pour les laisser refroidir puis faire cuire  la 2nde fournée qui attendait patiemment son tour au réfrigérateur.

Comme vous le voyez j’ai désobéi jusqu’au bout à Christophe Felder car je n’ai pas laissé sécher mes spéculoos 2 heures à l’air libre avant de les cuire. Ils étaient néanmoins délicieux et ont même été baptisés « gâteau du bonheur » par un de mes jeunes dégustateurs…

Une suggestion ou une question à propos de cette recette? La rubrique « commentaire » est faite pour ça, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *